Vernier ville durable: la stratégie zéro déchets !

Les Verniolan-e-s éliront au printemps prochain leurs nouveaux conseillers municipaux et administratifs. Pour les Verts, les défi s à relever pour cette prochaine législature concernent les solutions concrètes et locales à apporter en réponse aux enjeux globaux et aux crises que notre société affronte : urgence climatique et environnementale, épuisement des ressources naturelles, recul dramatique de la biodiversité.

La gestion des déchets compte au nombre des thèmes qui sont au cœur des engagements des Vert-e-s.

Le meilleur déchet est celui qu’on ne produit pas. L’incinération des déchets rejette dans l’air des milliers de tonnes de gaz à eff et de serre et des molécules toxiques. Plus de 400 villes en Europe ont déjà rejoint le réseau « Ville zéro déchets » : ces villes repensent le cycle de vie des matières pour maximiser leur réutilisation et réduire le gaspillage

C’est au tour de Vernier ! Les Verts s’engagent à améliorer le taux de recyclage et à réduire le volume des déchets. Comment ? Tout d’abord, en veillant à un équipement systématique de tous les immeubles. Et en mettant en place une politique de gestion durable des déchets, basée sur le principe des 5R : réduction, réutilisation, réparation, récupération et recyclage. Enfin, réduire le volume de nos déchets est aussi un moyen pour la commune d’économiser de l’argent… qui peut être réinjecté, par exemple dans la mise en place de compost de quartier, l’amélioration du tri de rue, la lutte contre l’abandon de déchets sur la voie publique, les lieux d’échange gratuit ou encore la création d’emplois-jeunes autour du tri.

Tous les citoyen-ne-s sont des consomm’acteurs et consomm’actrices face à l’urgence environnementale. Les Vert-e-s refusent de se voiler la face et s’engagent avec vous afin d‘amener ensemble les solutions concrètes pour un monde vivable et durable.

Thérèse Osman Wata, comité des Verts de Vernier

Accidents à répétition sur le site OPAM de Givaudan: le canton compte-t-il continuer à se satisfaire de l’autocontrôle mis en place par l’entreprise?

Question urgente écrite déposée au Grand Conseil par Mathias Buschbeck, député des Verts et candidate au Conseil administratif de la Ville de Vernier

Selon un document que s’est procuré la Tribune de Genève (édition du 6 avril 2020), 12 déversements accidentels se sont produits en 2018. Parmi ceux-ci, 4 sont classés dans la catégorie « impact sévère sur l’environnement ».

Partant de ce constat qui n’est pas contesté par l’entreprise, il apparaît critique qu’une telle série d’évènements se produise sur un site industriel sensible et que la seule réaction du canton semble être « tout est sous autocontrôle, circulez ! ».

Située en bordure du Rhône et à proximité des habitations de VernierVillage et du Lignon notamment, une telle activité industrielle chimique pourrait faire de considérables dégâts en cas d’accident majeur. Pour autant, la réaction du canton semble incroyablement placide face à une telle série noire.

Le député signataire de la présente souhaite donc savoir :

  1. Le canton a-t-il été informé et quand par Givaudan de cette série d’accidents?
  2. Le canton a-t-il opéré des prélèvements indépendamment de l’entreprise afin de mesurer par lui-même l’impact de ses accidents sur l’environnement ?
  3. Si c’est le cas, quels en ont été les résultats?
  4. Comment peut-on d’une part qualifier des évènements comme ayant un « impact sévère sur l’environnement » et, du point de vue du canton, ne pas s’inquiéter outre mesure de ce qui s’est passé ?
  5. Si les déversements accidentels, notamment les hydrocarbures et les sels de zinc, n’ont pas terminé au Rhône où se trouvent-ils et comment sontils ou vont-ils être neutralisés afin de ne plus nuire à l’environnement?
  6. Les services compétents de l’administration cantonale ont-ils analysé cette série noire et quelles conclusions en tirent-ils notamment sur la question de l’autocontrôle ?

Le candidat des Verts au Conseil Administratif de Vernier a été désigné

Enfant de Vernier, Mathias Buschbeck a été désigné candidat au Conseil administratif de la deuxième ville du Canton

Jeudi 14 février, les Verts de Vernier se sont réunis pour élire leur candidat au Conseil administratif dans la perspective de succéder à Yvan Rochat en 2020. Pour reprendre le flambeau et poursuivre son travail, l’assemblée générale a élu Mathias Buschbeck, depuis peu réinstallé à Vernier. Actuellement député au Grand Conseil, Mathias Buschbeck a été conseiller municipal de la deuxième ville du canton de 1999 à 2002, commune dans laquelle il a par ailleurs grandi. Il s’engage pour des mesures fortes en faveur du climat au niveau municipal : la lutte contre les nuisances de l’aéroport, un développement fort des mobilités douces et de la desserte des transports publics sur le territoire communal, la diminution de la masse totale de déchets, l’assainissement énergétique du bâti public et privé. Acteur de la politique genevoise, il connaît particulièrement bien les
problématiques liées aux citernes pétrolières qu’il souhaite voir disparaître au plus vite du cœur de Vernier.

Yvan Rochat a accompli un immense travail pour faire de Vernier une commune innovante dans les domaines social et environnemental. Vernier est devenu un véritable laboratoire urbain. Nous tenons à le remercier pour son engagement permanent dans la vie de la commune, au service de la population, et ce pour l’amélioration de la qualité de vie des Verniolanes et Verniolans.

Les Verts de Vernier s’engagent avec enthousiasme dans cette campagne avec un candidat de valeur, Mathias Buschbeck. Dans une ville où les dernières élections et votations montrent une vraie progression des problématiques vertes, notre parti a pleinement conscience de sa responsabilité à transformer l’engouement actuel pour le climat en actions locales concrètes.

Occupation de Porteous: vive la culture !

Porteous et Verseuse. Ce pourrait être le titre d’une tragédie grecque. Il s’agit en réalité de deux bâtiments industriels et administratifs, sis sur la commune de Vernier mais propriété du Canton, qui sont abandonnés depuis vingt ans.

Le DS (département de la sécurité), en coordination avec l’office des bâtiments, a  développé un projet de centre de détention et réinsertion sur le site. En parallèle et de manière non concertée, le DIP et le département du territoire (DT) ont mené une étude de faisabilité pour y développer des activités culturelles nocturnes. Face à ce choix, le Conseil d’Etat a tranché en faveur de structures pour des détenus en fin de peine.

Fait choquant, cette décision a été prise sans consultation ni concertation auprès de la Commune de Vernier, ni même d’information auprès de ses habitants. Cette politique du fait accompli est d’autant plus inopportune qu’au même moment, la Commune de Vernier a engagé un dialogue avec les habitants d’Aïre sur les aménagements souhaitables pour ce quartier dans le cadre du plan directeur communal, avec l’idée de favoriser des équipements ouverts à la population tels que lieux culturels, restaurants, etc.

C’est dans ce contexte que le 25 août, le collectif «Prenons la ville » a investi les bâtiments Porteous et Verseuse – rebaptisés « le Plongeoir » – afin de protester contre leur réaffectation en établissement carcéral.

Les Verts de Vernier saluent cette initiative du collectif qui permet de poser le débat et d’ouvrir un vrai dialogue sur l’utilisation de ces bâtiments, dialogue qui aurait dû avoir lieu bien en amont tant avec les autorités communales qu’avec les habitants d’Aïre ! Les Verts réaffirment leur soutien aux revendications de «Prenons la ville» et sont favorables au développement d’activités socio-culturelles sur le site de Porteous

Climat: Vernier doit agir pour ses habitant.e.s

L’été 2018 se révèle comme l’un des plus chauds depuis le début des mesures en 1864! Aux quatre coins du monde, canicule, sécheresse et incendies nous rappellent l’urgence de la situation. Pour la Suisse, les climatologues prévoient pour ce nouveau siècle que les températures augmenteront de plusieurs degrés à toutes les saisons.

Il n’est plus question de débattre de la véracité des dérèglements climatiques. Ils sont là, vont s’aggraver et affectent déjà les populations. Au niveau de notre commune aussi, nous devons agir. Vernier peut agir à la source afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre; elle se doit aussi d’agir pour réduire les effets des changements climatiques, par exemple les canicules.

Comment réduire les gaz à effets de serre?

En limitant la quantité des déchets à traiter et en agissant sur leur composition, en favorisant la mobilité douce, en agissant sur les bâtiments (isolation, modes de chauffage), en augmentant les surfaces boisées (qui piègent le CO2 et l’empêche de se disperser dans l’atmosphère)… Vernier est sur le bon chemin, beaucoup a déjà été fait: mesures en matière de tri des déchets, d’aménagements pour la mobilité douce, de chauffage des bâtiments communaux, etc. A Vernier comme ailleurs, il faut continuer clairement sur cette voie.

Comment réduire les effets des  changements climatiques ?

Les surfaces imperméables augmentent de plusieurs degrés la chaleur d’une ville. A Vernier, on peut encore agir pour diminuer des surfaces imperméabilisées et augmenter les espaces végétalisés. Pensons à toutes ces surfaces inutilement asphaltées…

Les Verts s’engagent de toutes leurs forces pour que Vernier s’adapte à une situation nouvelle. Individuellement, vous pouvez aussi agir. Par exemple en allant voter le 23 septembre pour la création de nouvelles pistes cyclables et pour une agriculture respectueuse de l’environnement, ainsi que le 14 octobre en élisant le candidat du parti socialiste verniolan soutenu par les Verts et le PLR, Martin Staub.

Election complémentaire: les Verts soutiennent Martin Staub

Le 14 octobre aura lieu l’élection partielle pour remplacer Thierry Apothéloz au conseil administratif de Vernier. Les Verts, tout comme le PLR, soutiennent la candidature socialiste de Martin Staub. Très proche des valeurs écologistes, il sera à même de poursuivre le travail entrepris par l’alliance formée en 2011, en particulier dans les domaines sociaux, économiques et environnementaux.

Mobilité douce, égalité femmes-hommes et participation des habitants tiennent particulièrement à cœur à Martin Staub.

Mobilité douce | Martin Staub: Vernier est particulièrement touchée par la circulation motorisée sur les grands axes cantonaux.Pour le bien des aînés et d es enfants, je mettrai toute mon énergie aux côtés d’Yvan Rochat afin que les passages piétons soient maintenus et sécurisés et que de nouveaux passages soient créés à proximité des écoles, des crèches et des lieux accueillant des personnes âgées.

L’égalité femmes-hommes | Martin Staub: Je souhaite poursuivre les actions menées par Thierry Apothéloz et le conseil administratif, en développant les places d’accueil en
crèche, en augmentant le nombre de cadres femmes dans l’administration et en répondant aux besoins spécifiques des femmes dans le domaine de l’emploi.

Faire participer les habitants et les soutenir | Martin Staub: Je ne crois pas aux solutions venant d’en haut. Les habitants de Vernier doivent être entendus chaque fois que cela est possible. Elles et ils sont les experts du quotidien. Les correspondants de nuit en sont un excellent exemple : je souhaite développer leur présence afin de dénouer de manière bienveillante les tensions surgissant la nuit. Je souhaite également créer une Maison du droit qui soutienne et aiguille les habitants confrontés à des tracasseries administratives qui peuvent malheureusement mener à une spirale infernale.

Le 14 octobre, les Verts soutiennent la candidature de Martin Staub à la Mairie de Vernier.

Sûr, le chemin des écoliers ?

De nombreux enfants se rendent seuls à l’école, que ce soit à pied, à vélo, en trottinette ou en bus. Le trajet qu’ils empruntent tous les matins devrait être un chemin de découverte et de socialisation, l’occasion d’eff ectuer ses premiers pas, seul ou entre copains, sur la voie de l’autonomie.

Malheureusement, même s’il semble bien balisé, le chemin de l’école peut s’avérer dangereux. Certains passages piétons ont peu de visibilité ; d’autres ne comportent pas de feux de passage alors qu’il s’agit d’un axe à fort trafi c. Des véhicules sont régulièrement garés sur les pistes cyclables comme dans le quartier de Gordon-Bennett ou sur la route de Vernier vers le chemin Champ-Claude. Ce sont également des arrêts de bus mal sécurisés.

Soucieux de préserver la sécurité des enfants sur les chemins menant à l’école, les Verts de Vernier ont sollicité le conseil administratif en juin en présentant une motion visant à développer des plans de mobilité scolaire pour les établissements où cela était nécessaire.

Preuve que les enjeux relatifs à la sécurité des écoliers préoccupent naturellement l’ensemble des élus, la motion a été signée par tous les partis et adoptée à l’unanimité du Conseil municipal.

Cette décision permettra d’améliorer la sécurité des enfants sur le chemin de l’école, par le biais d’améliorations des aménagements routiers. Une fois les points dangereux identifi és, notamment en travaillant avec les enfants eux-mêmes, des mesures d’assainissement seront réalisées afi n que le chemin de l’école demeure synonyme de plaisir pour les écoliers et de sérénité pour leurs parents.

Les bombes à graines, ou comment semer pour résister

Les bombes à graines sont des petites boules de vie. Elles sont faites d’argile, de graines et de terreau. En les lançant, on fait fleurir des terrains délaissés ou inatteignables. 

Leur origine est une pratique japonaise traditionnelle appelée Tsuchi Dango, réintroduite par le biologiste et philosophe Masanobu Fukuoka après la Seconde Guerre mondiale pour le semis direct notamment du riz et de l’orge. Il lançait ses bombes à graines au bord des rivières, des routes et dans les terrains vagues, au milieu des mauvaises herbes. Il pensait que les légumes poussant de cette façon étaient plus résistants. Fukuoka a montré que
les bombes à graines peuvent faire pousser des cultures, des prairies, redonner vie à des terres asséchées ou même brûlées, et aussi conquérir les espaces de nos villes. Elles apportent de la diversité biologique, attirent oiseaux, insectes et papillons. Dans les années 60, les «guérilleros du jardinage», à New York, ont réactualisé cette pratique.

Les Verts de Vernier vous invitent à venir fabriquer et lancer vos bombes à graines !
Atelier gratuit ouvert à toutes et tous, petit-e-s et grand-e-s.
Dimanche 27 mai de 11h à 14h au parc du Jardin Robinson de Châtelaine-Balexert (Jets d’eaux) av. de Crozet et Maisonneuve. En cas de pluie, l’atelier aura lieu sous le préau couvert de l’école de Balexert, av. du Pailly (en face du parc).

Venez avec bonne humeur et pique-nique, les boissons vous seront offertes. Pas d’inscriptions.

Yvan Rochat, maire de Vernier, se présente au Conseil d’Etat

Yvan Rochat – Vernier – 50 ans
Maire de Vernier
Président de l’association transfrontalière des communes riveraines de l’aéroport, Président de l’association Noctambus, Arpenteur des rives du Rhône

Thèmes favoris: Environnement sain et mobilité

Cela fait plus d’une décennie que je m’engage pour les habitantes et les habitants de la ville de Vernier. Mes fonctions de Maire et Conseiller administratif m’ont amené à agir dans des domaines cruciaux pour notre territoire, tels que la desserte en transports publics de Vernier, la lutte contre les pollutions et nuisances que nous subissons quotidiennement, l’amélioration des conditions de vie dans nos quartiers, la création de logements au profit de la population résidente …

Tant l’expérience acquise que ma détermination naturelle m’amènent à me proposer pour agir au niveau cantonal en étant directement partie prenante des décisions qui nous concernent. Notre ville de 35’000 habitant doit pouvoir se faire entendre avec force et être le moteur du changement dont Genève a besoin, celui de qualité de vie, de la durabilité de ses projets et d’une cohésion sociale renouvelée.

Esther Schaufelberger, candidate de Vernier au Grand Conseil

Esther Schaufelberger – Vernier – 49 ans
Travaille dans l’humanitaire et les droits humains
Conseillère municipale et Présidente du Conseil municipal

Thèmes favoris: Environnement et migration

Mon cœur bat pour une Genève humanitaire et verte. Politiquement je m’engage au Conseil Municipal de Vernier que j’ai l’honneur de présider cette année, et professionnellement pour la protection des droits humains sur le plan international. Au Grand Conseil, je travaillerais pour que les Genevoises et Genevois puissent vivre dans un environnement sain et de qualité, notamment à Vernier et dans l’ensemble de la périphérie, actuellement sous-représentée dans notre Parlement.

Mes priorités : protéger le sommeil et la santé des riverains de l’aéroport et des grandes routes, veiller à ce que le Canton respecte comme promis les principes d’éco-quartiers à Châtelaine, réduire à taille humaine le centre pour jeunes réfugiés projeté à Aïre et préserver nos magnifiques espaces de nature sauvage. Je souhaite ainsi contribuer à ce que les valeurs qui sont la marque de Genève guident davantage notre politique cantonale.