mineurs-non-accompagnes

Réfugiés mineurs non-accompagnés: un non clair à un mauvais projet

Les Verts de Vernier ont sèchement refusé un projet de centre d’accueil pérenne pour les réfugiés mineurs non-accompagnés (RMNA) de près de 300 places à Aïre. Ce n’est pas sans avoir mûrement réfléchi à ce projet que cette positiona été arrêtée. Ce projet et toute la logique qui le sous-tend sont à combattre avec la dernière énergie.

Genève mène une politique d’accueil à l’envers du bon sens. Comme souvent, le Conseil d’Etat agit la tête pleine de chiffres. Devant des obligations confédérales chiffrées, notre gouvernement cherche à parquer 300 mineurs en un seul lieu peu équipé, en pleine zone villas, et mal relié à la ville, le seul but étant que la solution soit peu coûteuse. Justement parce que cette approche froide va à l’encontre de l’intégration, nous refusons de répondre par des chiffres.

Les réfugiés mineurs non-accompagnés représentent un enjeu majeur d’intégration. Seuls, arrachés aux leurs, ces jeunes ont besoin d’un accompagnement de tous les instants, fait de chaleur humaine, de perspectives d’avenir et de renouveau. Tout sauf des chiffres. La commune de Vernier, dont la politique sociale est très vivace et créative, est bien placée pour l’implantation d’un centre d’accueil pour RMNA. Mais que penser d’un Conseil d’Etat qui ficèle un projet sans en parler aux acteurs locaux, et qui, la bouche en coeur une fois les plans sous toit, demande ensuite la collaboration de ces mêmes acteurs? Faut-il rappeler que notre gouvernement est tenu de respecter la Constitution genevoise qui prévoit un cadre de concertation large pour les projets d’accueil de migrants?

Non! Les Verts de Vernier ne se réjouissent pas de la fermeture de la Suisse face aux réfugiés. Au contraire. Ils se soucient de la manière dont Genève organise l’intégration de ces jeunes. Nous voulons pour eux une politique qui parie sur leur intégration et non sur leur renvoi, qui leur construit un avenir au sein de notre collectivité, et non en marge.

Oui! La collaboration du tissu associatif et politique local est indispensable. Elle devrait être pensée avant et au-dessus des barbelés et des Sécuritas, en y associant
également les associations qui défendent les migrants.

Vocabulaire carcéral révélateur: lors d’une séance publique tenue le 6 juin à Aïre, en présence des habitants du quartier, Mauro Poggia a utilisé les formules suivantes : « fermeture du centre la nuit », « sécurité», «Sécuritas », «encadrement professionnel », alors que le simple mot « intégration» n’a jamais été prononcé.

Au fond de lui, notre gouvernement, tenaillé par ses finances, l’amour des chiffres et le dédain de l’échelon local, est incapable de mesurer la richesse que représente pour Genève la soif de réussite et d’intégration de ces mineurs. La politique
d’accueil ne devrait-elle pas plutôt parler du vivre ensemble et de l’intégration de ces jeunes?

L’urgence ne saurait justifier de taire toute critique. Au contraire. Il est de notre responsabilité d’élus d’agir en amont des réalisations pour que ces dernières atteignent leurs objectifs.

Visiblement, ceux du conseil d’Etat ne sont pas les bons. En usant de l’urgence pour tenter de passer en force un projet qui perpétue un non-sens, notre gouvernement ne se grandit
pas. Nous avons besoin d’accueillir correctement ces mineurs et cela passe par une priorité à mettre sur leur intégration à l’échelon local. Alors agissons avec détermination!

gardons-le-cap

Sachons garder le cap

Il n’échappe à personne que depuis quelque temps les pressions se multiplient sur la population: stress au travail, pression sur les salaires, difficultés de logement, mobilité en panne, etc.

Au-delà des grandes tendances statistiques, dans notre commune les événements allant à l’encontre de la qualité de vie se multiplient:

  •  la fermeture d’offices postaux locaux qui se profile;
  • une police cantonale peu présente, car sous pression depuis trop longtemps ;
  •  un trafic automobile toujours plus intense sur les grands axes ;
  • des prisons que l’on ouvre en imaginant résoudre ainsi les problèmes de sécurité;
  • un cycle d’orientation dont la reconstruction ne cesse d’être différée;
  • des débats portés par une idéologie de la haine sur le voile, menés par quelques politiciens avides de publicité gratuite et ne connaissant pas la réalité des quartiers  populaires ;
  • des projets de densification qui se portent avant tout sur les communes de la ceinture périurbaine déjà très denses, et qui ne sont pas accompagnés d’une véritable politique sociale et environnementale de la ville;
  • un canton sans budget dirigé par une majorité incapable d’agir mais toujours prompte à gesticuler.

Autant de pressions pourraient fragiliser la vie sociale verniolane. Cependant, cette dernière montre d’encourageants signes de vitalité. Malgré tout, il aura suffi d’un fait divers tragique pour que les médias du pays entier mettent à nouveau Vernier sur le devant de la scène, en usant d’un stéréotype éculé (les quartiers de banlieue), sans même connaître la réalité du terrain.

Car la réalité de Vernier, sa richesse et sa force ont pu se mesurer quelques jours après la mort tragique d’un habitant des Libellules, au travers d’un émouvant hommage animé
par ses amis et voisins du quartier. À ce moment, plus de médias et aucun gros titre pour montrer notre réalité: à Vernier la vie de quartier, la solidarité, l’attention portée aux
autres, tout cela est vécu au quotidien, notamment, parce que Vernier sait de longue date faire attention à la santé sociale de sa population. Sachons entretenir tous cela.

Devant les pressions qui se multiplient, entraînant parfois une remise en question de projets aussi vertueux pour la qualité de vie de toutes et tous, comme les correspondant-e-s de nuit, il est important de garder le cap.

Bien que les temps soient durs, il fait bon vivre à Vernier. Rien aujourd’hui n’indique que cette période plutôt morose ne s’arrêtera prochainement. Quoiqu’il en soit, une chose
doit perdurer: investir dans le lien social, la vie des quartiers, en portant des projets au bénéfice du plus grand nombre, pour faire face ensemble aux difficultés.

Sachons garder le cap, car c’est le bon.

mobilite-verts

«Pour des transports publics plus rapides», une initiative cruciale pour Vernier.

«Le Canton aménage le réseau et règle la circulation routière pour donner la priorité aux transports publics. »

C’est par cette simple phrase que la population genevoise sera sollicitée le 5 juin prochain afin que le Canton engage une politique de mobilité qui permette d’avoir des transports publics réellement efficaces et rapides.

Pour la ville de Vernier et ses habitants, si cette initiative est adoptée, les bénéfices seront considérables. Fini, lorsqu’ils remontent l’avenue de Châtelaine, la route de Vernier ou de Pré-Bois, les bus encalminés dans les embouteillages ou les phases de feu au rouge qui n’en finissent plus !

C’est grâce à la priorité aux transports publics voulue par les Verts que nous pourrons voir s’améliorer considérablement notre qualité de vie. De tels progrès permettront d’accélérer les trajets en bus, de rendre les transports collectifs plus attractifs, d’inciter toujours plus de personnes à laisser la voiture au garage. Elle permettra surtout de renverser la spirale négative depuis 2013, celle qui consiste actuellement à diminuer l’offre en transport public (-2,5% en 2015).

Au-delà de ces bénéfices généraux, la ville de Vernier pourra obtenir des dessertes en bus à nouveau performantes. Pensons aux promesses non tenues du Canton en matière de mobilité, en particulier à Châtelaine où voies de bus, pôle d’échange multimodal, nouvelle halte RER, sont renvoyés à un avenir lointain et flou alors que nous faisons tous les efforts nécessaires pour soutenir la politique de construction de logements du Canton (les quartiers de Gordon-Bennett, de l’Etang, la densification
de la Concorde).

Continuer la lecture de «Pour des transports publics plus rapides», une initiative cruciale pour Vernier.

timthumb

Un logement de qualité pour toutes et tous

Relevé depuis de nombreuses années, le défi de construire suffisamment de logements dans le canton n’est pas encore gagné. La pénurie dure depuis si longtemps, que désormais c’est toute une génération de mal logés qui souffre de cette situation. La génération des Y, née entre 1980 et 1995, est celle qui est le plus pénalisée. Cette mise à ban de toute une génération doit cesser.

Alors que Genève ne peut légalement plus grignoter ses terres agricoles, dont la proportion est fixée par la Confédération, c’est bien en ville qu’il faut avant tout trouver des solutions. Construire la ville en ville est non seulement logique, mais encore le plus intelligent, puisque la plupart des infrastructures (transports, commerces, services au public, etc.) est déjà en place. Ainsi, Vernier doit faire sa part du travail, mais pas à n’importe quelles conditions.

Vernier n’a pas attendu pour faire sa part du chemin. Le nouveau quartier Gordon Bennett, la densification du quartier de la Concorde et le futur quartier de l’Etang en sont la démonstration. Ainsi, les Verts de Vernier continueront à soutenir le développement de nouveaux projets, pour autant que ces derniers respectent en tous points le cadre légal définissant les limites de nuisances et de sécurité à ne pas dépasser.

Continuer la lecture de Un logement de qualité pour toutes et tous

blogging-336375_960_720

L’emploi dans tous ses états

Avoir un travail rémunérateur, stable et intéressant est l’idéal de tout-e un-e chacun-e. Et si ce job est à proximité de son logement, évitant ainsi des heures passées inutilement dans les moyens de transport, le paradis n’est pas loin. Hélas, l’emploi ne cesse de subir toutes sortes de pressions. Il est loin le temps où le mot «démission» faisait partie du vocabulaire des employés.

Les Vert-e-s ont toujours fait preuve de solutions créatives pour améliorer l’emploi. La commune de Vernier, où se trouve beaucoup d’emplois et simultanément de nombreuses personnes en recherche d’emploi ou de places d’apprentissage, a tout à gagner à l’amélioration du dialogue entre ces deux acteurs. Le récent recrutement direct d’apprenti-e-s organisé conjointement par l’Office de la Formation Professionnel de Genève et la commune y participe et nous nous en félicitons.

En 2015, les Verts ont déposés et fait adopter une motion municipale, VerniEclosion, qui demande la mise en place d’une structure d’accueil pour la création d’entreprises. Un lieu simple, doté d’une bureautique de base mais qui comble une lacune que personne ne conteste. Actuellement cette motion est à l’étude en commission municipale.

L’idée est simple : mettre à disposition des Verniolan-ne-s qui ont un projet de création d’entreprise une aide ponctuelle de quelques mois afin qu’ils puissent lancer leur projet, évaluer sa faisabilité, prendre des contacts, etc. S’il est probable qu’une partie des projets n’aboutissent pas, d’autres trouveront avec VerniEclosion une opportunité pour être créés et se voir couronnés de succès.

La création d’entreprise est un domaine complexe qui est très important pour une collectivité. Les entreprises créent des emplois, des rentrées fiscales et font parfois vivre un quartier. La création d’entreprises doit être soutenue et l’est dans le canton par une multitude de structures, dont la Fondetec (Ville de Genève) et Genilem (fondation privée) sont les plus anciennes et les plus connues.

Vernier doit apporter sa contribution à tous ces efforts et le projet VerniEclosion y répond.

Nouveau président des Verts de Vernier

Olivier Perroux
Olivier Perroux, nouveaux président

L’assemblée générale ordinaire des Verts de Vernier du 21 septembre avait pour objectif de faire un rapport des activités des élu-e-s au Conseil municipal, du Conseil administratif et de la présidence/comité de la section et d’adopter les comptes 2014. Elle avait également pour objectif d’élire une nouvelle présidence et un nouveau comité pour notre section.

Vous trouverez ci-dessous le nom des nouveaux élus:

Olivier Perroux, président
Anne Compagnon Kaufmann, vice-présidente
Miguel Limpo, trésorier
Esther Schaufelberger, membre de droit (cheffe de groupe)
Yvan Rochat, membre de droit (conseiller administratif)
Barbara Lanzilao
Michèle Künzler
Lucia Dahlab
Jean-Bernard Billeter

Miguel Limpo a tenu en tant que président de la section depuis 2011 à remercier toute la section pour sa confiance et son engagement dans les différentes campagnes et activités.  Majid Taleghani a également été remercié pour son travail à la tête de la trésorerie.

Elections fédérales – Soutenons Vernier!
Celtia Concha et Otto Caduff sont les candidats verniolans aux élections fédérales sur les liste Jeunes et Seniors.

Stands – Inscrivez-vous!
!! Samedi 26 septembre de 10h à 12h30 au Lignon !!
Samedi 10 octobre de 10h à 12h30 à Balexert
Lundi 12 octobre de 9h à 11h à Châtelaine

Sécurité: penser également aux victimes

Pour les Verts, une politique de sécurité se doit d’être équilibrée pour être efficace. Dans cette optique, les Verts ont soutenu l’augmentation des effectifs de la police municipale, plus 8 agents depuis 2007, pour donner des moyens au volet répressif de la sécurité.

Nous avons également soutenu avec détermination le développement des correspondants de nuit (prévus pour Vernier-Village dans le projet de budget 2015) afin de doter notre ville d’une action préventive efficace.

Enfin, l’aide aux victimes de violences, de vols et autres incivilités doit également faire l’objet d’une action spécifique et déterminée de la part de notre administration. En effet, subir une incivilité, une agression, chez soi (souvent ce sont des cambriolages) ou dans la rue  (agression physique, verbale, intimidation, vol…) peut créer un traumatisme durable chez la victime. Face à de telles situations, elle se sent souvent seule car même
entourée de proches, ceux-ci vivent également le choc et l’angoisse qui l’accompagne.
Ce troisième volet d’une politique équilibrée de sécurité a donc fait l’objet d’une motion élaborée en commun avec nos partenaires PS et PLR et qui sera étudiée prochainement en commission.

En substance, le texte déposé demande que la police municipale joue pleinement son rôle de police de proximité en allant au contact des victimes, en abordant avec elles toutes sortes de sujets, du suivi du dépôt de plainte, au dispositif de sécurité existant en passant par des conseils sur des comportements ou des dispositifs propres à dissuader d’éventuels agresseurs.

Il nous apparaît ainsi indispensable que la police municipale de Vernier mette en place une prestation de conseil et de soutien à la demande auprès des habitants de Vernier ayant subi une agression.

A l’heure du vote final au Conseil municipal, espérons que les partis qui ne jurent que par le tout répressif sauront se rallier au bon sens de cette nouvelle prestation de la
police municipale.

Mais où est donc passé l’argent du MCG?

Ainsi le MCG se vante-t-il d’avoir fait don de CHF 1’515.– pour que les enfants de Châtelaine puissent se rendre à leur cours de piscine en bus, dans la foulée il annonce le dépôt d’une délibération au Conseil municipal pour financer ces trajets en 2015. Mais dans les faits, aucun don n’a été réalisé et la délibération s’est évaporée. Face à l’aveuglement du DIP qui était prêt à faire perdre 72 heures de cours aux écoliers de Châtelaine, le Conseil administratif a décidé de prendre en charge ces montants
de transports

Robert Cramer invité à parler de l’initiative populaire pour des aliments équitables – entrée libre

Robert Cramer sera l’invité des Verts de Vernier afin de parler de l’initiative populaire fédérale pour des aliments équitables. Il sera reçu dans un lieu emblématique:

Lundi 27 octobre 2014
Dès 20h
Ferme du Lignon

La Suisse importe près de la moitié des denrées alimentaires qu’elle consomme. Ces aliments ne sont pas soumis aux mêmes normes de production que les aliments suisses. Nous trouvons dès lors sur nos étals des aliments issus de la production industrielle de masse, basée sur la monoculture et l’élevage industriel, utilisant des produits chimiques et dont les conditions de travail et de vie des employé-e-s agricoles sont extrêmement précaires.

Ces aliments, produits au détriment des humains, des animaux et de l’environnement, sont de surcroît très bon marchés sur les marchés mondiaux.

La concurrence des produits à bas prix imposée par l’industrie agro-alimentaire entraîne un dumping écologique et social et fait pression sur les normes de qualité des aliments. Les paysannes et les paysans en font les frais, comme les consommatrices et les consommateurs.

Les Verts soutiennent un budget communal dynamique et responsable

L’automne a ses habitudes. En politique communale, c’est la saison de préparation du budget, un moment clé pour notre ville.

Les Verts seront attentifs à ce que le budget pour l’année 2015 reflète nos priorités politiques: investir pour l’avenir, favoriser l’émergence du bien-être et du sentiment de sécurité, entretenir la sobriété des dépenses administratives et continuer les efforts pour diminuer notre dette.

Une politique d’investissements ambitieuse et économe pour l’environnement

Cela passe par la poursuite de la réhabilitation de notre réseau routier afin que celui-ci intègre mieux les usagers les plus fragiles, piétons, enfants, seniors notamment. Dans cette perspective, les Verts sont satisfaits que les travaux du quartier Gordon-Benett/chemin de la Muraille se prolongent dès cette année par ceux de la route du Bois-des-Frères/avenue du Lignon. Les Verts seront très attentifs à ce que la dernière étape, réfection de la route d’Aïre, ne souffre d’aucun délais supplémentaire.

L’assainissement et la construction d’importants bâtiments communaux doit également se poursuivre (lieux d’animation, écoles, bâtiments administratifs), la baisse de nos dépenses énergétiques comme la mise a disposition de conditions de travail et d’accueil au public correctes en dépend.

Bien-être et sentiment de sécurité

L’action communale dans ce domaine doit impérativement être le lieu d’une politique de proximité intense. Police municipale au contact quotidien avec les habitants, déploiement sur l’ensemble de la ville de Vernier des correspondants de nuit, aménagements participatifs et conviviaux au pied des immeubles sont autant de points sur lesquels les Verts porteront une attention particulière car c’est là, plutôt que dans le tout-répressif, que se situe les priorités pour améliorer la qualité de vie des habitantes et des habitants de Vernier.

Une administration sobre

Depuis plusieurs années, les Verts se sont illustrés dans les débats budgétaires par des amendements notamment sur les dépenses énergétiques ou sur la consommation de papier qui ont amené l’administration municipale à modifier ses habitudes vers des pratiques plus économes. Les Verts continueront à faire des propositions allant dans ce sens et seront attentifs à ce que le budget 2015 continue dans cette voie vertueuse.

2015-2020

Au printemps 2015 les élections municipales se tiendront à Vernier. Dans cette perspective, l’assemblée générale des Verts a salué le bilan de l’actuel Conseiller administratif vert Yvan Rochat et a décidé de soutenir une nouvelle fois sa candidature à la Mairie de Vernier. Les Verts ont en outre soutenu le maintien de l’alliance qui prévaut depuis 2011 avec le Parti Socialiste et le PLR en soutenant les candidats Thierry Apothéloz, actuel Maire de Vernier et Pierre Ronget, Conseiller administratif. Cette alliance, approuvée également par les assemblées générales des partenaires PS et PLR est le garant pour les années 2015-2020 d’une politique communale sereine, dynamique, responsable et respectueuse de chacun dans notre formidable ville de Vernier.

Les Verts soutiennent une vraie mixité sociale à Vernier et dans les zones suburbaines

Au Conseil municipal du 2 septembre 2014, les Verts de Vernier ont déposé une résolution qui donne les moyens à la deuxième ville du canton de renforcer la mixité sociale, alors même que la commune est parmi celle qui a le plus de logements sociaux sur son territoire. Cette résolution a été renvoyée à l’unanimité à la Commission de l’environnement, aménagement du territoire et mobilité.

L’idée est simple: partant du constat que le cycle d’orientation du Renard, particulièrement délabré, sera déplacé à Châtelaine sur les terrains de foot de Balexert, l’espace qui sera ainsi libéré à Aïre doit faire l’objet, selon les Verts, d’un nouvel usage utile pour la ville de Vernier et le Canton qui en est propriétaire.

Les Verts de Vernier demandent donc aux autorités de mettre en place dès maintenant le processus qui permettra de transformer ces quelques 20’000 m2 en une zone villa. Celle-ci, en continuité de l’actuelle, renforcera la pérennité de l’habitat pavillonnaire à Vernier et amènera de nouveaux habitants, de la classe moyenne, renforçant ainsi la mixité sociale de la population communale.

Deuxième effet positif de cette proposition, les villas ainsi construites pourraient accueillir des familles qui vivent déjà dans d’autres pavillons situés là où des projets de construction d’immeubles sont bloqués parce que ces mêmes familles souhaitent continuer à vivre en villa et donc ne vendent pas. Là, des possibilités d’échange pourront se faire avec les nouvelles villas d’Aïre permettant ainsi de débloquer plus rapidement les projets de construction d’immeubles.

Les Verts souhaitent également que la ville de Vernier mène un processus analogue avec les 7000 m2 de parcelles qu’elle possède dans le même secteur juste à côté des tennis d’Aïre et qu’elle pourrait également déclasser en zone villa. Cela permettrait de piloter très directement le développement du territoire communal sans être dépendant d’intérêts tiers cantonaux ou privés.

La mixité sociale ne doit pas aller dans un seul sens. Forts de ces propositions concrètes, pragmatiques et justes pour notre territoire cantonal et communal, les Verts souhaitent créer des logements non pas pour une catégorie d’habitantes et d’habitants au détriment d’autres mais pour toutes et tous.

Le texte de la résolution: http://www.vernier.ch/dl.php/fr/53fd991ddea62/010.13_R_532_Proj.pdf