Yvan Rochat: « Mathias, Gian-Reto et Martin perpétueront cette valeur de notre pays qu’est la collégialité au service de la recherche de l’intérêt général. »

Chères amies verniolanes,
Chers amis verniolans,

Je me permets de vous adresser ces quelques lignes en ces moments d’inquiétude où nous-même, notre pays, nos voisins et le tiers des habitants de notre planète devons prendre nos responsabilités pour empêcher l’épidémie de Coronavirus d’emporter les plus fragiles d’entre nous, de désorganiser nos systèmes de santé et fragiliser nos emplois.

La Ville de Vernier a connu le 15 mars dernier l’élection d’un nouveau Conseil municipal et le premier tour de l’élection du Conseil administratif. Malgré la situation difficile que nous connaissons, il est indispensable que nous ne remettions pas à plus tard notre réflexion et nos choix politiques qui guideront Vernier ces 5 prochaines années. Renoncer à voter le 5 avril, nous ferait prendre le risque de rajouter à la crise de santé publique que nous connaissons, une crise démocratique jamais vue depuis plus de 150 années de suffrage universel et libre à Genève.

Depuis qu’en 2011 Thierry Apothéloz, Pierre Ronget et moi-même avons commencé à siéger ensemble au Conseil administratif, la vie politique de Vernier a connu une évolution importante. Les guerres de tranchée d’avant ont fait la place aux débats de fond, certes parfois vifs mais toujours respectueux, et à la recherche d’une concorde constructive capable de sortir Vernier des idées reçues qui la minaient. Nous avons ainsi pu rapprocher considérablement l’action publique de la population grâce notamment aux contrats de quartier, en développant la participation autour de nouveaux projets ou en soutenant l’effort de chacun pour une mobilité plus durable et respectueuse de l’environnement…

Cette concorde est un bien précieux pour la Ville de Vernier et ses habitants, je souhaite qu’elle puisse continuer à s’épanouir car elle est notre meilleure assurance pour que nous défendions avec force l’évolution de la qualité de notre cadre de vie. En ce sens, j’ai la profonde conviction que le choix de Mathias Buschbeck et de Gian-Reto Agramunt pour rejoindre notre Maire Martin Staub brillamment réélu le 15 mars a tout son sens et permettra de perpétuer cette valeur de notre pays qu’est la collégialité au service de la recherche de l’intérêt général.

Mathias Buschbeck, que je connais depuis une quinzaine d’année, a cette capacité d’associer de fortes convictions à une grande finesse d’analyse. C’est la marque d’un humanisme à tout épreuve et d’une passion pour les gens, leur vie et leurs espérances. Son parcours l’a profondément ancré dès son enfance à Vernier puisqu’il y a habité chacun de nos quartiers, devenant ainsi incollable sur les raccourcis des Avanchets, les enjeux de la halte RER de Châtelaine, les défauts et qualités du stade de football d’Aïre-Le Lignon, le bruit des avions au village ou les espaces naturels de notre commune. Durant toutes ces années au Conseil administratif de Vernier, j’ai ainsi pu, moi le débutant en politique, l’enfant de Meyrin ayant transité par les Eaux-Vives et Carouge, bénéficier de son amitié, de son soutien bienveillant et de ses conseils avisés lorsque je les sollicitais.

Bien que je connaisse moins bien Gian-Reto Agramunt, j’ai pu observer chez lui, dans nos échanges et contacts, le calme, la capacité d’écoute et le respect d’autrui. Ce sont des caractéristiques qui deviennent rares dans la politique d’aujourd’hui alors qu’elles sont d’une infinie utilité pour continuer d’avoir un gouvernement capable de concordance.

Vous l’aurez compris, pour le deuxième tour du 5 avril prochain, la mobilisation et le vote en faveur des deux seuls candidats capables de mener une action collégiale et constructive, Mathias Buschbeck et Gian-Reto Agramunt, pour compléter l’équipe exécutive de notre ville avec Martin Staub sont évidents et indispensables.

Bien évidemment, j’aurais préféré vous dire cela de vive voix, sur un stand par exemple, où, après une poignée de main, autour d’un verre de jus de pomme chaud, nous aurions parlé de notre Ville de Vernier et des enjeux qui l’attendent. Cela ne pourra pas se faire car comme vous je m’astreins au confinement ainsi qu’à la rareté des contacts. Quoiqu’il en soit, je vous remercie de m’avoir patiemment lu et je vous souhaite, chères amies verniolanes, chers amis verniolans, de prendre soin de vous et des vôtres.

Yvan Rochat
Conseiller administratif de Vernier 2007-2020

Partager