Tribune de Genève: « L’Etat veut implanter une gare CFF à Châtelaine »

Source: Tribune de Genève du 18 janvier 2011

Chloé Dethurens

Avant de lancer le projet, le Canton doit augmenter la capacité de la ligne Cornavin-La Plaine

A l’avenir, le quartier de Châtelaine pourrait bien bénéficier de sa propre gare. Le Canton a effectivement la volonté d’installer une halte CFF dans le secteur. Où exactement? On ne le sait pas encore. Avant de lancer les études nécessaires au projet, l’Etat doit déjà réfléchir aux moyens d’augmenter la capacité de la ligne existante, reliant Cornavin à l’aéroport, mais aussi à La Plaine puis à Bellegarde.

Pourquoi installer une gare à Châtelaine? L’idée a déjà quelques années. «Elle est directement liée à l’importante densification à venir dans le secteur de la Concorde et dans les quartiers avoisinants», explique Rebecca Dougoud, directrice de la planification à la Direction générale de la mobilité (DGM). Quelque mille logements pourraient effectivement y surgir ces prochaines années. L’objectif est de permettre aux futurs habitants de profiter, eux aussi, des avantages de la liaison ferroviaire. Notons que la création de cette gare a été mentionnée dans les études liées au PACA Genève-Meyrin-Saint-Genis, l’un des neufs périmètres destinés à être aménagés dans le cadre du projet d’agglomération.

Ligne saturée
L’Etat ne sait pas exactement où se situera la future gare. Mais elle devrait prendre place près du pont de l’Ecu. Avant d’entamer une étude de faisabilité, les autorités souhaitent augmenter la capacité de la ligne. Objectif: faire passer la cadence des trains au quart d’heure afin de répondre à la demande croissante des voyageurs.
Cette augmentation de la capacité figure d’ailleurs parmi les projets inscrits dans la convention passée en 2009 entre les CFF, l’Office fédéral des transports et les cantons de Vaud et Genève. Mais pour l’instant, cette liaison – un goulet d’étranglement – est saturée. Il n’est plus possible d’y insérer des trains supplémentaires. Sans une capacité revue à la hausse, une gare de plus ne ferait donc qu’aggraver le problème.
Aujourd’hui, l’Etat s’apprête à étudier différentes solutions afin d’augmenter le nombre de convois. Et en lien avec le choix du type de travaux à mener, il lancera les études afin de déterminer si l’installation d’une gare, et avec elle la gestion des trains s’y arrêtant, est possible.
Parmi les moyens envisagés pour améliorer la cadence, la création d’un «saut-de-mouton»: une sorte de pont ou de bretelle d’évitement permettant aux trains de bifurquer sans avoir à croiser l’autre voie ferrée. Avant cela, les quais seront élargis, afin d’accueillir plus de wagons.

Travaux à court terme
Mais il s’agit là d’un chantier à long terme, prévu à l’horizon 2025-2030. D’autres travaux de modernisation de la ligne, plus légers, seront quant à eux achevés dès 2014. D’une part, les voies seront réorganisées afin de permettre aux locomotives circulant en direction de la France d’en utiliser deux au lieu d’une. D’autre part, la ligne de contact sera remplacée: l’actuelle est effectivement équipée d’un courant obsolète. Ce changement permettra aux TGV, aux RER et aux trains de marchandises, en provenance de Vernier et au-delà, d’accéder eux aussi à ces deux voies, ce qui n’est pas le cas actuellement.
Autres travaux, en cours ceux-ci: la signalisation de la ligne dans le secteur de Châtelaine est en train d’être déplacée et modernisée. Le coût de ce chantier se monte à 400 000 francs. Il devrait prendre fin en décembre 2011.

Partager

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *