Vernier suffoque. STOP à l’augmentation du trafic de transit !

La Ville de Vernier est depuis trop longtemps la victime du trafic de transit. En effet, 90% des véhicules qui entrent dans notre commune ne font… que la traverser !

Cela n’est pas sans conséquence. En effet, nos quartiers sont morcelés par de grandes routes, représentant autant de barrières physiques et de nuisances sonores. Les Verniolan·e·s souffrent, pris entre le bruit et la pollution. Leur santé en pâtit : selon le dernier diagnostic local de sécurité, 79,5% de la population se plaint du « bruit excessif de véhicules à moteur ». Cet enjeu devient ainsi le deuxième problème plus important aux yeux des Verniolan·e·s.

Mais le pire est à venir. En effet, les premiers échos sur le projet de moyenne ceinture lié à l’application de la Loi sur une mobilité cohérente et équilibré (LCME) provoquent les plus vives craintes. Alors que sort de terre le quartier de l’Étang et que la route de Vernier sera bientôt bordée de centaines de logements de part et d’autre, les plans prévoient: abattage massif d’arbres majestueux, élargissement de routes, trottoirs et pistes cyclables difficilement praticables, voies bus discontinues, augmentation des capacités routières: STOP !

La réponse du Conseil d’État aux interrogations légitimes de nos élu·e·s vert·e·s ne dissipe pas ces craintes, bien au contraire. L’avenir de la commune de Vernier, pour les autorités cantonales, c’est :

  • la route de Vernier transformée en semi-autoroute pour rejoindre la jonction autoroutière de Vernier, alimentée par le trafic chassé du centre-ville sur les avenues du Pailly et de l’Ain.
  • un élargissement de l’autoroute et des voies d’accès à celle-ci.
  • un doublement des voies de l’avenue du Pailly.
  • une augmentation de 20% de trafic attendu sur l’avenue de l’Ain, pour atteindre 60’000 véhicules/jour (!) pour récolter tout le trafic depuis Carouge.
Continuer la lecture de Vernier suffoque. STOP à l’augmentation du trafic de transit !

Changeons de cap. Maintenant. Ensemble.

Fabienne Fischer réunit à la fois une vision ambitieuse d’avenir pour Genève et les compétences pour la mettre en œuvre. En ancrant le Conseil d’État à gauche, nous pourrons réaliser les réformes structurelles sur les plans écologique, social et économique, dont les Genevois·e·s ont besoin aujourd’hui.

En 2021, nous pouvons sortir de la crise sanitaire par le haut.

En défendant la justice sociale pour toutes et tous. En répondant concrètement à l’urgence climatique. En nous engageant dans une transition économique solidaire et responsable. En retrouvant un Conseil d’Etat apaisé et efficace. Genève peut, dès maintenant, sortir des crises passées et renouer avec l’optimisme et la qualité de vie.
Le 7 mars, votez Fabienne Fischer au Conseil d’État!

«Monsieur le Conseiller d’Etat Serge Dal Busco, Vernier n’a pas vocation à devenir un hub autoroutier»

Le Département des Infrastructures (DI) a présenté la semaine passée sa « feuille de route 2021-2023 » pour mettre en œuvre la loi pour une mobilité cohérente et équilibrée (LMCE). Si celle-ci contient des propositions intéressantes, notamment en vue d’un apaisement nécessaire du centre-ville, d’autres sont clairement inacceptables.

Il apparaît en effet que l’objectif n’est pas une réduction du trafic motorisé, mais bien un refoulement vers ce qui est désigné comme la « périphérie », notamment la Ville de Vernier. Et cela en totale contradiction avec les objectifs climatiques affichés par le Conseil d’Etat, soit une réduction de 60% des émissions de CO2 à l’horizon 2030. Désignées comme « réaménagement », « amélioration de la capacité », ou « régulation », de nombreuses mesures ne sont rien d’autres que des élargissements de routes favorisant des augmentations de trafic et de nuisances.

Les routes de Vernier et de Meyrin, ainsi que les avenues du Pailly, de l’Ain et Louis-Casaï, supportent déjà des dizaines de milliers de véhicules par jour, sur lesquelles les valeurs d’alarme de bruit sont dépassées quotidiennement et cela n’est pas sans conséquence. En effet, nos quar­tiers sont morcelés par de grandes routes, représen­tant autant de barrières physiques et de nuisances sonores. Les Verniolan·e·s souffrent, pris entre le bruit et la pollution. Leur santé en pâtit : selon le der­nier diagnostic local de sécurité, 79,5% de la popula­tion se plaint du « bruit excessif de véhicules à mo­teur ». Cet enjeu devient ainsi le deuxième problème plus important aux yeux des Verniolan·e·s.

Loin de prévoir une réduction du trafic, « La ceinture urbaine et les grands axes pénétrants bénéficieront d’une régulation visant à fluidifier le trafic », selon le communiqué de presse du Département des Infrastructures. Très concrètement, cela signifie des augmentations de trafic de l’ordre de 15 à 25 % sur nos routes, pour dépasser par endroit les 60’000 véhicules/jour ! C’est inacceptable. Les Vert.e.s de Vernier ont donc lancé la semaine passée une pétition adressée aux autorités cantonales pour exiger, au contraire, une réduction des nuisances sur ces semi-autoroutes. Plusieurs centaines de signatures ont déjà été récoltées en quelques heures, témoignant du ras-le-bol des habitant.e.s de Vernier. En parallèle, une résolution a été déposée conjointement avec nos collègues Socialistes, au Conseil municipal de Vernier.

Echo du Conseil municipal du 2 février 2021

Hier soir, le conseil municipal s’est réuni à la salle du Lignon à l’occasion de sa première séance plénière 2021.

Lors de cette séance, la majorité du Conseil a soutenu les projets de délibération du Conseil administratif pour divers projets, notamment la démolition et la reconstruction de la Maison de Quartier de libellule. Notre cheffe de Groupe Esther Schaufelberger a salué le travail des Conseillers administratifs sur ce dossier.

Notre groupe a voté les aménagements permettant la fermeture à la circulation automobile de la zone de détente des Moulins au bord du Rhône.

Nous avons soutenu une motion proposée par le Parti socialiste Vernier pour déstigmatiser le fait de recourir aux services sociaux. Barbara Lanzilao, conseillère municipale Verte, a appuyé l’utilité de ce projet et rappelé les différents freins qui retiennent certains à faire appel aux services sociaux.

En tant que co-signataire d’une résolution pour éviter que le trafic se densifie encore sur l’axe routier Pont-Butin – Balexert. Esther a mis l’accent sur la santé et le respect des verniolan.e.s par le canton lors de sa prise de parole.

Notre combat continue pour éviter que Vernier devienne un hub autoroutier pour le bien-être des riverains mais également pour notre planète.

STOP au trafic de transit : Signez maintenant la pétition !

Vernier suffoque: STOP au trafic de transit!

Pétition adressée au Grand Conseil du Canton de Genève

Ras-le-bol des nuisances du trafic de transit !
Vernier n’est pas un hub autoroutier !
Nous ne voulons pas d’un « périph’ » en plus de l’autoroute !

Pétition à signer en ligne ici
https://www.change.org/p/grand-conseil-du-canton-de-gen%C3%A8ve-vernier-suffoque-stop-au-trafic-de-transit

Le saviez-vous ? 90% des véhicules motorisés qui entrent dans notre commune ne font… que la traverser ! La Ville de Vernier est depuis trop longtemps la victime du trafic de transit. Le dernier diagnostic local de sécurité le confirme : 79.5% de la population de la commune se plaint du « bruit excessif de véhicules à moteur ».

La situation n’est malheureusement pas près de s’améliorer. En effet, dans le cadre du développement de la moyenne ceinture routière actuellement à l’étude, le Conseil d’Etat prévoit au contraire d’augmenter le trafic sur plusieurs grandes routes qui traversent notre commune, que ce soit la route de Vernier, la route de Meyrin, l’avenue Louis-Casaï ou l’avenue du Pailly. Sur l’avenue de l’Ain, c’est même 20% de trafic supplémentaire qui est attendu pour atteindre 60’000 véhicules par jour ! Sur tous ces axes, déjà surchargés aujourd’hui, les normes de bruit sont pourtant largement dépassées.

Et tout cela alors que le plan climat cantonal prévoit une réduction de 60% des émissions de CO2 à l’horizon 2030 ! On nage en pleine aberration !

Nous disons STOP !
Le désengorgement nécessaire du centre-ville ne doit pas se faire au détriment de la périphérie !

Nous demandons donc aux autorités cantonales :

  • qu’elles respectent et appliquent le plan climat cantonal qui prévoit une réduction de 60% des émissions de CO2 à l’horizon 2030,
  • que les futurs aménagements sur les routes de Vernier et de Meyrin, ainsi que sur les avenues du Pailly, de l’Ain et Louis-Casaï, conduisent à une réduction significative de la circulation et du bruit routier.

Pétition à signer en ligne ici
https://www.change.org/p/grand-conseil-du-canton-de-gen%C3%A8ve-vernier-suffoque-stop-au-trafic-de-transit

L’Echo vert du Conseil Municipal de Vernier du 10 novembre 2020

Lors de cette séance, les Vert.e.s – masqué.e.s et assis.es sur deux rangs – se sont engagés avec les Socialistes, pour une économie plus locale et un quartier de l’Étang plus apaisé.

Le Conseil Municipal a adopté une motion déposée conjointement par les groupes Socialiste et Vert.e.s pour l’encouragement de l’utilisation de la monnaie locale Léman en Ville de Vernier et par l’administration communale. L’adhésion au Léman est un soutien à l’économie locale, durable, écologique et circulaire.

Ensemble avec les socialistes, les Vert.e.s ont pu faire passer une résolution qui demande la mise en zone 30 (avec priorité pour les piétonnes et la mobilité douce) du chemin de l’Étang, chemin central du nouveau quartier. Les Vert.e.s ont ainsi réitéré une ancienne revendication, espérant que leur voix soit cette fois-ci entendue par les autorités compétentes en la matière.

Finalement, le Conseil Municipal a approuvé les aménagements proposés par le Conseiller administratif Mathias Buschbeck sur la zone des Moulins. Les voies d’accès à cette zone seront fermées pour les véhicules privés pendant la période estivale. Deux planchas seront mises à disposition des usagers dans la zone des pique-niques pour améliorer l’esprit communautaire de ce lieu.

Echo du Conseil Municipal du 6 octobre 2020

par Anne Compagnon, conseillère municipale à Vernier

Lors de cette séance, les Vert.e.s ont présenté au cm une motion sur le réemploi. L’objectif principal est de réduire les déchets à la source. Ceci afin de réduire l’impact environnemental et de limiter le gaspillage d’énergie et de matière première, mais aussi dans le souci de réduire les coûts liés aux déchets qui sont pris en charge par la commune. En effet, dans la situation actuelle plus que jamais, il est crucial de pouvoir utiliser cet argent pour des projets plus constructifs !

Il faut savoir que sur le plan suisse, chaque habitant produit 701 kg de déchets par an. Une étude commandée par l’Office fédéral de l’environnement estime que la Suisse a un des taux les plus élevés de déchets par habitant. Le potentiel de réduction des déchets est encore important ! Tout ce qui est possible doit être entrepris pour diminuer le gaspillage en énergie et en matières premières. Ceci est d’autant plus important que la Suisse est un pays au niveau de vie élevé et qu’il recèle un grand potentiel de produits susceptibles de réemploi.

Le réemploi désigne l’opération par laquelle un produit est vendu (ou donné) par son propriétaire à un tiers qui lui donnera une seconde vie. Au contraire du recyclage, le réemploi ne nécessite pas de transformation, et donc peu de coûts et pas de consommation d’énergie. Par exemple, un vêtement, un jouet ou un meuble légués à un magasin seconde-main vont trouver un nouveau preneur ; ou un panneau de plexiglas d’un stand d’une grande exposition, déposé dans une ressourcerie ou vendu sur un site, va avoir une seconde vie chez un commerçant.

Continuer la lecture de Echo du Conseil Municipal du 6 octobre 2020

La vague verte de Vernier – Écho du Conseil Municipal de Vernier du 1er septembre 2020

La séance de la rentrée du Conseil Municipal a aussi été la deuxième séance ordinaire de cette nouvelle législature. Avec beaucoup d’enthousiasme et d’entrain, les élu.e.s Vert.e.s de Vernier se sont attelés à la mise en œuvre de leur ambitieux programme en faveur du climat, de la biodiversité et du bien-vivre des habitants de notre ville.

Mobilité douce

La motion verte « À l’école ou au sport à vélo ou à trottinette » — qui demande aux autorités d’installer des parcs à vélos abrités et accessibles aux enfants aux abords de toutes les écoles et des infrastructures sportives de la Commune — a été accueillie favorablement par une majorité du Conseil, et a été envoyée en commission.. Seule l’Alternative pour Vernier a refusé l’entrée en matière, craignant que cette motion puisse ouvrir la porte à une conspiration verte menant à l’abolition de la voiture sur notre canton.

Les Vert.e.s veulent aussi s’assurer de la sécurité des piéton.ne.s et usager.ère.s qui se promènent dans la rue du village de Vernier et dans l’Étang des tritons (parc de l’Étang). Mélina Buntschu constate que la promenade au cœur du village de Vernier peut prendre la forme d’un parcours de combattant. Elle demande au Conseil administratif s’il est prévu de réaménager la rue du Village pour la rendre plus sure.

Continuer la lecture de La vague verte de Vernier – Écho du Conseil Municipal de Vernier du 1er septembre 2020

Mathias Buschbeck: « La nouvelle législature commence, merci ! »

D’abord merci à ma famille qui m’a toujours soutenu dans tous mes choix et où j’ai toujours pu puiser ma force.

Mes amis qui ont toujours su m’encourager quand j’en avais besoin.

Yvan Rochat, qui m’a guidé depuis ma désignation comme candidat et qui a tout fait pour que la transition se passe au mieux.

Les coprésidentes des Verts de Vernier « mes co-prez » comme je les appelle, dont je ne compterai pas les heures à se défoncer pour notre section.

L’ensemble des candidats verts au Conseil municipal qui se sont battus pour faire avancer notre projet politique.

Mes colistiers Martin Staub et Gian-Reto Agramunt avec qui je me réjouis de me lancer dans cette aventure.

Et enfin bien sûr les Verniolanes et les Verniolans qui m’ont accordé leur confiance.

J’ai pris mes fonctions le 1er juin dans un contexte difficile mais qui ne fait que renforcer mes convictions qu’il faudra changer notre mode de vie et de consommation pour une société durable et solidaire.

Au boulot !

Yvan Rochat: « La collégialité au service de la recherche de l’intérêt général. »

Chères amies verniolanes,
Chers amis verniolans,

Je me permets de vous adresser ces quelques lignes en ces moments d’inquiétude où nous-même, notre pays, nos voisins et le tiers des habitants de notre planète devons prendre nos responsabilités pour empêcher l’épidémie de Coronavirus d’emporter les plus fragiles d’entre nous, de désorganiser nos systèmes de santé et fragiliser nos emplois.

La Ville de Vernier a connu le 15 mars dernier l’élection d’un nouveau Conseil municipal et le premier tour de l’élection du Conseil administratif. Malgré la situation difficile que nous connaissons, il est indispensable que nous ne remettions pas à plus tard notre réflexion et nos choix politiques qui guideront Vernier ces 5 prochaines années. Renoncer à voter le 5 avril, nous ferait prendre le risque de rajouter à la crise de santé publique que nous connaissons, une crise démocratique jamais vue depuis plus de 150 années de suffrage universel et libre à Genève.

Depuis qu’en 2011 Thierry Apothéloz, Pierre Ronget et moi-même avons commencé à siéger ensemble au Conseil administratif, la vie politique de Vernier a connu une évolution importante. Les guerres de tranchée d’avant ont fait la place aux débats de fond, certes parfois vifs mais toujours respectueux, et à la recherche d’une concorde constructive capable de sortir Vernier des idées reçues qui la minaient. Nous avons ainsi pu rapprocher considérablement l’action publique de la population grâce notamment aux contrats de quartier, en développant la participation autour de nouveaux projets ou en soutenant l’effort de chacun pour une mobilité plus durable et respectueuse de l’environnement…

Cette concorde est un bien précieux pour la Ville de Vernier et ses habitants, je souhaite qu’elle puisse continuer à s’épanouir car elle est notre meilleure assurance pour que nous défendions avec force l’évolution de la qualité de notre cadre de vie. En ce sens, j’ai la profonde conviction que le choix de Mathias Buschbeck et de Gian-Reto Agramunt pour rejoindre notre Maire Martin Staub brillamment réélu le 15 mars a tout son sens et permettra de perpétuer cette valeur de notre pays qu’est la collégialité au service de la recherche de l’intérêt général.

Mathias Buschbeck, que je connais depuis une quinzaine d’année, a cette capacité d’associer de fortes convictions à une grande finesse d’analyse. C’est la marque d’un humanisme à tout épreuve et d’une passion pour les gens, leur vie et leurs espérances. Son parcours l’a profondément ancré dès son enfance à Vernier puisqu’il y a habité chacun de nos quartiers, devenant ainsi incollable sur les raccourcis des Avanchets, les enjeux de la halte RER de Châtelaine, les défauts et qualités du stade de football d’Aïre-Le Lignon, le bruit des avions au village ou les espaces naturels de notre commune. Durant toutes ces années au Conseil administratif de Vernier, j’ai ainsi pu, moi le débutant en politique, l’enfant de Meyrin ayant transité par les Eaux-Vives et Carouge, bénéficier de son amitié, de son soutien bienveillant et de ses conseils avisés lorsque je les sollicitais.

Bien que je connaisse moins bien Gian-Reto Agramunt, j’ai pu observer chez lui, dans nos échanges et contacts, le calme, la capacité d’écoute et le respect d’autrui. Ce sont des caractéristiques qui deviennent rares dans la politique d’aujourd’hui alors qu’elles sont d’une infinie utilité pour continuer d’avoir un gouvernement capable de concordance.

Vous l’aurez compris, pour le deuxième tour du 5 avril prochain, la mobilisation et le vote en faveur des deux seuls candidats capables de mener une action collégiale et constructive, Mathias Buschbeck et Gian-Reto Agramunt, pour compléter l’équipe exécutive de notre ville avec Martin Staub sont évidents et indispensables.

Bien évidemment, j’aurais préféré vous dire cela de vive voix, sur un stand par exemple, où, après une poignée de main, autour d’un verre de jus de pomme chaud, nous aurions parlé de notre Ville de Vernier et des enjeux qui l’attendent. Cela ne pourra pas se faire car comme vous je m’astreins au confinement ainsi qu’à la rareté des contacts. Quoiqu’il en soit, je vous remercie de m’avoir patiemment lu et je vous souhaite, chères amies verniolanes, chers amis verniolans, de prendre soin de vous et des vôtres.

Yvan Rochat
Conseiller administratif de Vernier 2007-2020