Lucia Dahlab: De l’école dans les quartiers populaires à la Poste de Châtelaine

Professionnellement, tu t’investis depuis plus de 30 ans auprès des jeunes en tant  qu’enseignante à l’école primaire. Qu’est-ce qui te motive dans ce métier ?
J’ai toujours travaillé en Réseau d’Education prioritaire, avec des enfants souvent issus de milieux défavorisés et dans des quartiers présentant une grande diversité socio-culturelle.
Je me suis également spécialisée dans l’accompagnement d’élèves en difficulté. C’est là que je me sens vraiment utile, par exemple en permettant à ces enfants d’entrer dans les apprentissages. L’école reproduisant les inégalités sociales, j’essaie, à mon niveau, de redresser un peu la barre et d’amener de la justice au niveau de l’école, en donnant une réalité au concept de l’égalité des chances.

Tu es co-présidente des Verts de Vernier. Quelles causes politiques te tiennent le plus à cœur?
Tout ce qui touche à la qualité de vie, aux questions sociales et bien sûr à l’environnement. La tolérance, le respect et la solidarité sont des valeurs que je porte et qui me semblent essentielles pour bien vivre ensemble. Je m’engage afin que Vernier demeure un environnement social et humain de qualité.

Ainsi cet été, j’ai organisé et animé les stands de signature de la pétition contre la fermeture de la Poste de Châtelaine.
Nous avons récolté 1850 signatures que nous avons remises à la directrice de la Poste le 16 septembre dernier lors d’une manifestation. Cette fermeture, guidée par des raisons purement économiques, est aberrante dans un quartier animé, populaire et en pleine densifi cation. Le service public ne doit pas dépendre uniquement de motifs de rentabilité.

Des passions dans ton temps libre ?
J’ai aussi une fi bre artistique ! J’adore créer avec mes mains et depuis deux ans, je prends des cours de chant : gospel, jazz, soul, blues… bref, tout ce qui a du groove !

Partager