Aux Avanchets, à Aïre-Le Lignon, à Châtelaine, à Vernier-Village, aux Libellules, Notre vraie richesse c’est l’accueil, la diversité et la mixité !

En automne dernier le Parlement Suisse adoptait des mesures urgentes pour un nouveau durcissement de la loi sur l’asile. En réaction immédiate, les Jeunes Verts et les milieux de défense du droit d’asile se mobilisent et lancent un référendum contre cette révision de la loi jugée contraire au droit humain. Le référendum, aboutit en janvier 2013 et donnera le 9 juin la possibilité à la population suisse de se prononcer.
La position claire des Verts
Les Verts rejettent cette modifi cation de la loi. Au cours des 30 dernières années, le Parlement a procédé à dix révisions de la loi sur l’asile, en la durcissant régulièrement, sans pour autant parvenir à résoudre les questions liées à l’asile. Les nouvelles mesures, toujours plus dures, touchent aujourd’hui les personnes les plus faibles qui ont besoin d’une réelle protection.
Plus de 70% des demandeurs d’asile, dont le dossier est examiné par la Suisse, reçoivent une protection : l’écrasante majorité des requérants d’asile a vraiment besoin de notre aide, ce sont de vrais réfugiés! Ils représentent actuellement en Suisse seulement 0,94%
de la population.
Déplacer le peuple aux urnes chaque année sur les questions d’asile sans rien résoudre : c’est ce que propose l’UDC et la droite nationaliste!
Cette nouvelle loi supprimera notamment les procédures d’ambassade qui permettent jusqu’à présent à une personne persécutée dans son pays de s’adresser à une ambassade suisse pour faire évaluer ses chances d’obtenir l’asile en Suisse. Cette suppression incitera les réfugiés potentiels à recourir aux réseaux criminels de passeurs pour gagner la Suisse. Résultat: une exposition toujours plus forte aux persécutions encourues dans le pays d’origine et un coup de pouce de la Suisse au développement des réseaux mafieux!
Cette nouvelle loi supprimera la désertion comme motif d’asile. Ainsi, les porteurs de paix que sont les déserteurs lorsqu’ils refusent de servir l’armée d’un régime militaire dictatorial et qui mettent leur propre vie en danger se verront refuser l’asile en Suisse.
Elle crée de centres spéciaux pour « récalcitrants » : le fl ou de la défi nition pour les récalcitrants laissera la porte ouverte à l’arbitraire, et il sera difficile de recourir contre une telle assignation.
Cette loi donnera carte blanche au Conseil fédéral qui pourra instaurer à sa guise des phases-test dans la procédure d’asile durant les deux prochaines années, il pourra notamment réduire le délai de recours de 30 à 10 jours.
Quelles conséquences pour Vernier?
45% de la population résidente à Vernier est étrangère.Si l’on prend en compte la part de la population qui a au moins un père ou une mère d’origine étrangère, ce taux se rapproche de 70%.
Comme ville d’accueil et fière de sa diversité, Vernier ne peut accepter que l’on détériore encore une fois le droit d’asile. Le durcissement des lois sur l’asile est allé de pair ces dernières années avec un durcissement des lois sur les étrangers (en 2005 par exemple). Ainsi, chaque fois que l’UDC s’attaque à l’asile c’est pour ensuite s’attaquer
aux étrangers directement. La preuve ? Actuellement au parlement national une coalition de l’UDC et de la droite tente de mettre en place un durcissement des naturalisations notamment pour les jeunes, y compris ceux qui sont nés en Suisse.
Cette dérive doit être stoppée et c’est en votant NON le 9 juin prochain à la révision de la loi sur l’asile que nous habitants de Vernier arriveront à préserver ce qui fait notre richesse, l’accueil, la diversité et la mixité.
Partager

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *